Mots clé à la une

Organismes liés

Activités de Mr le Ministre

Le Ministre de l’Industrie et des Mines reçoit une délégation du Fonds Monétaire International

   

ALGER le 12/07/2017- Le Ministre de l’Industrie et des Mines, Monsieur Mahdjoub BEDDA, a reçu ce jour au siège du ministère, une délégation du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par le nouveau Directeur du département Moyen-Orient et Asie Centrale au sein du FMI, Monsieur Jihad Azour et le Chef de mission du fonds pour l'Algérie, Monsieur Jean-François Dauphin.

Lors de cette audience, Monsieur BEDDA a présenté à la délégation du FMI les grandes lignes du plan d’action du gouvernement qui vise la consolidation budgétaire et la diversification économique afin d’impulser une nouvelle dynamique aux secteurs porteurs de croissance tout en maintenant la stabilité macroéconomique du pays.

Monsieur BEDDA a rappelé, entre autres, les mesures prévues pour l’amélioration du climat des affaires, la mise en œuvre d’une nouvelle loi sur l’investissement et les facilitations accordées aux PME considérées comme axe prioritaire pour la création des richesses. 

Il a également évoqué les principaux indicateurs macroéconomiques de l’Algérie ainsi que les ajustements entrepris pour faire face à la conjoncture économique actuelle du pays, marquée par une baisse de ses revenus extérieurs après la chute des prix des hydrocarbures.

Monsieur le ministre a énuméré, à cet effet, les différentes actions menées par les Autorités publiques pour promouvoir l’investissement et améliorer le climat des affaires.

Il s’agit principalement de l’adoption de nouvelles lois relatives à l’investissement, au développement des PME, à la normalisation et à la métrologie.

Monsieur BEDDA a souligné également l’importance accordée à la valorisation des ressources naturelles et à la promotion de la production nationale.

Dans ce cadre, Monsieur le ministre a évoqué la réhabilitation du potentiel minier devant participer à l’équilibre de la balance commerciale du pays.

Abordant la promotion de la production nationale, Monsieur le ministre a cité les mesures incitatives au profit des secteurs mécanique, textile, électronique, électrique, sidérurgie et métallurgie tout évoquant l’exploitation du potentiel industriel local en vue de développer des industries de substitution qui peuvent satisfaire le marché intérieur et dégager des excédents à l’export.

Monsieur BEDDA a expliqué que dans le but de protéger sa production locale, l’Algérie a adopté, depuis 2016, le régime des licences d’importation et dans le respect de nos accords commerciaux. Cette mesure a eu pour effet de réduire les importations d’un certain nombre de produits là ou nos capacités nationales de production sont relativement satisfaisantes, à l’instar du ciment, et autres produits agricoles. 

Dans une déclaration à la presse à l’issue de sa rencontre avec Monsieur le ministre, Monsieur Azour a réaffirmé la disposition du FMI à accompagner les efforts de l’Algérie dans cette phase « transitoire » pour diversifier son économie.

 « Nous avons abordé, lors de cette rencontre, les mesures prises par le gouvernement pour favoriser la croissance et créer de l’emplois » a-t-il dit.

Pour Monsieur Azour, « le rôle des entreprises, notamment les PME/PMI, est très important, dans ce contexte de crise pétrolière, pour créer de la croissance ».

« C’est un secteur dynamique et donne une plus grande flexibilité à l’économie ». a-t-il considéré.

Selon ses propos, la rencontre avec Monsieur BEDDA était une opportunité pour partager « notre analyse sur la situation actuelle et les perspectives à venir ».

D’autres aspects comme la compétitivité de l’économie algérienne ont été également abordés lors de cette rencontre, selon le représentant du FMI. 

Dans le dernier rapport de la mission de consultation du FMI en Algérie, le fonds a noté que l’Algérie « figurait parmi les pays émergents et en développement ayant réussi à maintenir une position nette extérieure positive grâce à son très faible endettement extérieur ».

Pour le FMI, bien que l’activité économique ait été globalement résiliente, la croissance s’est ralentie à 2,9% en 2016 dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de réduction des dépenses.

Pour rappel, la mission de la délégation du FMI, effectuée les 11 et 12 juillet en cours, intervient dans le cadre de la surveillance préventive sur le système monétaire international prescrit par les statuts de l’institution et ce à travers un suivi de chacun des pays membres.